in

Islamophobie : Une femme de confession musulmane sans gilet jaune a été contrainte de retirer son voile

Un événement est venu entaché une fois de plus le mouvement des “Gilets Jaunes” samedi 17 novembre à Saint-Quentin (Aisne).

Une femme de confession musulmane a confié aux journalistes du Courrier Picard que plusieurs personnes en gilet jaune l’avaient forcée à retirer son voile.

Un autre témoin de la scène a assuré qu’il avait vu plusieurs individus mettre leurs gilets jaunes sur leurs têtes pour mimer le voile islamique, insulter l’automobiliste et lui faire des grimaces de singe.

Récit des journalistes du Courrier Picard

Devant le camion qui bloquait le rond-point, sur la route en provenance du centre-ville, des voitures aux conducteurs sans gilet jaune étaient bloquées par les fameux « Gilets jaunes ». L’une d’entre elles souffle : « Là, ça commence à dégénérer… Sur le côté, il y a une dame garée depuis une heure… Ils lui ont fait retirer son voile. » Depuis le début de la matinée, les automobilistes qui avaient osé s’aventurer jusque-là avaient été moqués, vilipendés et parfois bloqués quelques instants pour ne pas avoir mis leur gilet jaune. Mais pas plus de dix minutes.

Dans la foule, entre voitures et « Gilets jaunes », une conductrice est bien là en train d’attendre. Elle baisse son carreau et confirme : « on », quelques « Gilets jaunes » particulièrement véhéments, lui ont fait retirer son voile. Elle est en attente parce qu’elle n’a pas de gilet jaune à mettre. Nous en avons un dans notre sac et tentons de lui donner discrètement.

Un homme s’aperçoit de la manœuvre et tente lui aussi de la cacher. Raté. Des « Gilets jaunes » virulents haussent le ton et nous prennent à partie. D’autres « Gilets jaunes » s’interposent, dont une dame de 70 ans. Nous la retrouvons quelques instants plus tard quand la situation s’est apaisée.

« Qu’on manifeste car la vie est chère oui, mais on ne manifeste pas pour agresser les gens. » Elle n’a pas vu la femme se voir forcée de retirer son voile. « Mais je comprends mieux pourquoi ils mettaient leur foulard sur la tête. Ce que j’ai vu c’est qu’ils faisaient des grimaces de singes devant la voiture », affirme-t-elle.

Jean-Baptiste Hubert, un des organisateurs, responsable du rond-point d’Auchan-Fayet, tombe des nues. « Ce n’est pas normal », estime-t-il quand il est mis au fait de l’épisode. « Je suis contre ça. Nous allons arrêter tout ça. » Il promettait une levée du blocage une heure plus tard.


SOYEZ LE PREMIER INFORMÉ - REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOKTWITTER

Lies Breaker est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don. 

 FAITES UN DON !

Lies Breaker

Créé en France en 2014, Lies Breaker est un média de nouvelle génération, indépendant et déjà suivi dans plus de 46 pays.

Quand Emmanuel Macron met en place le service après-vente pour les gilets jaunes

“Retourne dans ton pays” : Bienvenue chez les Fachos en “Gilets Jaunes” de la ville de Cognac !