in

Membres du Conseil de Sécurité de l’ONU et marchands d’armes !


Le marché international des armes est une place très juteuse qui brasse des milliards de dollars. Au milieu de tous les acteurs, cinq pays se partagent les premières places des plus importants exportateurs. Parmi eux se trouve notamment la France, dans un secteur qui sert essentiellement à faire la guerre plus qu’à se défendre.

Les États-Unis sont largement devant

Durant le courant de l’année 2017, l’agence américaine IHS Markit a rendu public son dernier rapport sur la situation de l’armement dans le monde. Publiant ce document annuellement, ce sont les programmes d’armement de plus d’une soixantaine de pays qui ont été regardés à la loupe afin de connaître les plus gros exportateurs, les valeurs des transactions, les plus importants importateurs… Et ce sont – sans surprise – les Etats-Unis qui arrivent en tête avec 26,9 milliards de dollars d’armement en exportation. Le pays de Donald Trump est suivi par la Russie – omniprésente dans le conflit en Syrie à travers son soutien à Bachar Al Assad – avec des ventes d’armes s’élevant à 7,2 milliards de dollars. Si la France est troisième, c’est devant l’Allemagne et le Royaume-Uni (le Canada et Israël sont les suivants). Ainsi, le Conseil de Sécurité de l’ONU, qui compte cinq membres permanents, a quatre de ses membres parmi les plus gros vendeurs d’armement. Il ne manque plus que la Chine pour avoir un carton plein…

La France et les morts du Yémen

En 2017, l’Hexagone est venu s’installer sur la troisième marche du podium des marchands d’armes à travers la planète. Son chiffre d’affaires sur les exportations est de 5,2 milliards de dollars ! Les prévisions pour 2018 laissent même penser que la France pourrait voler la seconde place à Moscou. Faut-il se réjouir de cette nouvelle pour ses activités commerciales ou s’inquiéter de cette contribution française aux conflits armés ? Pour rappel, la France vend ses armes à l’Arabie Saoudite qui intervient militairement au Yémen depuis 2014. En 2015, il y a eu pour 141 millions d’euros d’équipements français vendus au royaume wahhabite. Sur un plan humanitaire, d’après les chiffres de l’ONU, le conflit a déjà coûté la vie à plus de 10 000 personnes, sans parler des conditions sanitaires déplorables, de la pénurie de médicaments, de la destruction des infrastructures médicales… Des morts qui ne font pas assez de bruit face à celui des bombardements et de l’utilisation d’armes toujours plus sophistiquées : véhicules blindés, systèmes d’artillerie, fusils de précision notamment.

Paradoxalement, les puissances qui sont les plus gros marchands d’armes sont celles qui endossent également les rôles d’arbitres dans les processus de paix. Elles vendent des armes qui vont alimenter les conflits et finiront par se placer de manière hypocrite en « négociateurs » afin que les hostilités puissent prendre fin. En d’autres termes, de véritables pompiers pyromanes ! A quand la fin de cette schizophrénie dont les civils sont les « dommages collatéraux » ?


SOYEZ LE PREMIER INFORMÉ - REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOKTWITTER

Lies Breaker est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don. 

FAITES UN DON !


Lies Breaker

Créé en France en 2014, Lies Breaker est un média de nouvelle génération, indépendant et déjà suivi dans plus de 46 pays.

Violences policières à Paris

Deuxième partie : Impunité policière