in

Vidéo : Une enquête judiciaire a été ouverte à Grenoble sur des violences commises par des policiers


C’est une vidéo publiée sur Twitter ce samedi qui a tout déclenché. Elle montre un homme en train de se faire frapper à plusieurs reprises par des fonctionnaires de police à Grenoble.

Comme l’a expliqué la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), vendredi 20 septembre vers 22 heures 30, un dispositif policier a été mobilisé à la suite d’un signalement de deux hommes vraisemblablement “très alcoolisés” qui “vociféraient” dans la rue Diderot à Grenoble. Toujours selon la même source, à l’arrivée des forces de l’ordre, l’un des deux individus a prétendu se nommer “Adolf Hitler” et se prénommer “Va te faire en*****”.

Sur la vidéo, on voit l’un des policiers plaquer la tête d’un des deux hommes contre un mur et lui donner des coups de pied alors qu’il se trouve par terre. Dans un communiqué, la DDSP de l’Isère reconnaît que “le policier lui a porté un coup au visage”, c’est là qu’il serait tombé au sol.

L’homme, un SDF de 37 ans, a été emmené par les pompiers à l’hôpital, son état de santé “étant incompatible avec une garde à vue”.

Trois policiers ont porté plainte pour outrage et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, affirmant que l’individu leur aurait porté des coups alors qu’il était par terre, ce qui n’est pas visible sur la vidéo. Par ailleurs, une enquête judiciaire a été ouverte pour faire la lumière sur “ces violences commises par les policiers”, indique le procureur de la République de Grenoble. Elle a été confiée à la cellule déontologie du commissariat de Grenoble.


SOYEZ LE PREMIER INFORMÉ - REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOKTWITTER

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don. 

 FAITES UN DON !


Lies Breaker

Créé en France en 2014, Lies Breaker est un média de nouvelle génération, indépendant et déjà suivi dans plus de 46 pays.

Vidéos : Affrontements en Égypte lors de nouvelles manifestations contre le dictateur Abdel Fattah al-Sissi

Vidéo : Des touristes gazés par la police sur les Champs Élysées